Beignes

Craving de beignes

Voici quelques endroits où trouver de délicieux beignes à Montréal.

Crédit photo: Crémy Pâtisserie.
Crédit photo: Crémy Pâtisserie.

Crémy Pâtisserie

Saint Donut

Trou de beigne

Léché dessert

Pour un cronut : La Cornetteria

Art comme dans chocolat!

Un des beaux événements où j’ai été invité cette année en tant que blogueur est sans doute celui-ci.  Pour un mélange d’art et de chocolats,  Cacao Barry s’est associé avec le Musée des beaux-arts de Montréal pour produire un événement qui éveille les sens.  N’étant pas un critique d’art, je ferai de mon mieux pour vous rendre ma visite des lieux.

Du côté musée :

Exposition de Tom Wesselmann, artiste du Pop Art américain, qui, au côté de Lichtenstein et Warhol, a su incorporer toutes sortes de matériaux dans ses oeuvres.  Il a également intégré à son travail des reproductions de peintres qu’il aime.  Que ce soit Mondrian (que j’adore) ou Picasso, vous pouvez retrouver des parties de leurs tableaux dans ses oeuvres.

« La peinture, le sexe et l’humour sont prioritaires dans ma vie. »  – Tom Wesselmann

Une omniprésence du sexe, surtout de la femme, mélangé aux couleurs propres au Pop Art nous ont valu une expérience loin d’être ennuyante.  Collage, peinture, acier ou découpage de forme, une visite dans l’univers de Wesselmann nous plonge aussi au coeur de la montée du féminisme, alors que ses œuvres ne furent pas toujours appréciées, car il avait tendance a réduire la femme en tant qu’objet sexuel.

En bref, une exposition haute en couleurs qui tend à nous montrer que la nudité n’a pas vue le jour dans les années 2000!

L’exposition est présentée jusqu’au 6 octobre.

Du côté chocolat :

Cacao Barry a bien joué ses cartes en s’associant avec le Musée des beaux arts de Montréal.  Quoi de mieux que de mélanger art et gastronomie.  Après la visite de l’exposition, Christophe Morel, chocolatier, nous a appris a faire de la sculpture, ou plutôt du « montage » de chocolat.  Il s’agissait en fait de réunir plusieurs formes et couleur de chocolat sur une même pièce en utilisant du chocolat fondu que l’on refroidissait à l’azote.  Le tout était évidemment comestible, au grand plaisir de ceux qui prenait part à l’activité. Fidèle à mon habitude, j’ai su monter une des créations les plus excessives du groupe! Que voulez-vous, je suis intense dans tout! 🙂

Mon oeuvre chocolatée!

Nous avons également eu droit à quelques délicieuses bouchées tout au long de la soirée: foie gras, dindon effilochée (Exceldor) et autres délices.  Un soirée vraiment exceptionnelle où j’ai eu beaucoup de plaisir avec mes collègues blogueurs. –

Héléna Loureiro pour l’Été des chefs

Grillade de fruits de mer à la portugaise :
Pieuvre, calmars, crevettes et chorizo, servis avec salade de pois chiches.

Voici le plat présenté cette semaine par Héléna Loureiro, chef du Helena et du Portus Calle.  Le mélange des grillades avec le chorizo était vraiment intéressant.  Très belle idée de mélanger les pois chiches avec ces grillades, j’ai adoré! Ce plat sera présenté toute la semaine au BALNEA spa pour l’Été des chefs.

Un article sur le Portus Calle suivra sous peu.

Plat de Damian Sansonetti.

Pain doré

pain doré

Ingrédients :

  • 2 oeufs
  • environ 2/3 de tasse de lait
  • 1/4 de tasse de sucre
  • Quelques gouttes d’essence de vanille (si vous prenez du pain nature seulement)
  • une pincée de sel
  • 4 tranches de pain

Préparation :

Fouetter tous les ingrédients ensemble quelques minutes et passer les tranches de pain dans le mélange.  Faire cuire à la poêle avec du beurre à moyenne intensité.  Personnellement, je le préfère bien cuit, mais en général, la cuisson est de quelques minutes seulement.

Servir avec un coulis de sirop d’érable, quelques fruits ou encore du sucre en poudre.

Note :

Il existe plusieurs variantes du pain doré classique.  Si vous prenez du pain blanc ou de blé, ajoutez de la cannelle et un peu de muscade à votre mélange.  Ou encore, utilisez des croissants secs de la veille que vous couperez en deux. Pour une version plus « cochonne », mettre de la crème au lieu du lait et servir le tout avec de la crème fouettée.  Finalement, pour une version dessert, essayez-le avec un panettone (voir ma recette ici). –

Nouveau menu chez Confusion Tapas du monde

Récemment, j’ai été invité au restaurant Confusion pour tester le nouveau menu de la chef Marie-Ève Collin.  La soirée fut haute en couleur et culinairement très agréable.  Pour mieux vous en parler, j’ai cette fois-ci la chance d’avoir la collaboration de Adrien Rodriguez, sommelier, qui commentera les vins qui nous ont été servis lors de la soirée (ses commentaires seront présentés ici en italique).

soupe de poisson

Premier service :

Le repas commença par une soupe de poisson, mayo épicée et pecorino peppato.  L’entrée était délicieuse, goûteuse, sans être trop présente.  J’ai vraiment adoré ce plat.

En accord : Alsace 2009, Pierre Henri Ginglinger, Sylvaner bio.

La soupe de poisson, plat méditerranéen et donc chaleureux, a été divinement bien accompagnée par ce Sylvaner très fin. Un fruité léger qui se marie parfaitement avec les notes fumées du poisson et une belle fraicheur, parfait pour commencer le repas et réveiller nos papilles.

Saghanaki flambé à l'ouzo (Crédit photo : Mathieu L. Chevalier)
Betteraves jaunes (Crédit photo : Mathieu L. Chevalier)
Salade de roquette du Québec, canard confit et canneberges séchées.

Deuxième service :

Par la suite, le saghanaki flambé à l’Ouzo; j’adore les fromages flambés et celui-ci était plutôt bien réussi.  Le saghanaki se trouve à être un fromage panné frit et ensuite flambé, c’est légèrement croustillant à l’extérieur et tendre et fondant à l’intérieur (j’en mangerais en ce moment même, haha!) Nous avons également eu, lors de ce service, des betteraves jaunes, pommes granny smith, et pacanes rôties qui étaient délicieuses, ainsi qu’une salade de roquette du Québec, canard confit et canneberges séchées.

En accord : Côtes du Ventoux 2010, Domaine Vindemio « Regain », Grenache blanc et clairette.

Sur cette farandole d’entrée, on nous présente un blanc du sud de la France avec un assemblage pour le moins atypique avec de la clairette, majoritairement (cépage habituellement utilisé pour des pétillants), et du grenache blanc. On a ici un vin plus profond, plus onctueux, plus rond avec toute la générosité du Sud ! Des arômes fruités de pêches, de pommes ainsi que des notes terpéniques (un peu comme sur des vieux rieslings) vont accompagner avec puissance le fromage  flambé.

Pieuvre braisée puis grillée, servie avec chermoula et pois chiches. (Crédit photo : Mathieu L. Chevalier)

Troisième service :

Encore une fois, le clou de la soirée pour moi fut la pieuvre.  Comme je le mentionne souvent, c’est mon plat préféré.  Celle-ci était braisée puis grillée, servie avec chermoula et pois chiches. Extrêmement tendre et procurant le goût du braisé sur mes papilles, c’était tout simplement un délice.  Lors de ce service, je pus aussi déguster le tartare de saumon et la poêlée de crevettes, qui étaient agréables.  J’ai aussi apprécié le mélange pétoncle-chorizo-boudin-pomme, qui était très intéressant.

En accord : Maçon Bussières 2010, Domaine de la Sarazinière « Cuvée Claude Seigneuret », Chardonnay bio.

Un chardonnay de bourgogne comme on les aime avec une structure crémeuse, une acidité marquée et un nez minéral et beurré. En bouche, le coté beurré s’intensifie et des arômes très toastés font leurs apparitions. Magnifique avec la pieuvre : les saveurs grillées et toastées s’entremêlent et l’acidité minérale coupe parfaitement la salinité des fruits de mer.

Quatrième service.

Quatrième service :

Ce service était tout aussi surprenant.  Cette fois-ci, mes plats préférés furent la pièce de cochon laquée à la mélasse, le short rib de boeuf braisé ainsi que les frites de patate douce à l’huile de truffe.  Le cochon était divin, le goût laqué avec la mélasse apportait quelque chose de très intéressant.  Le short rib de boeuf, également un plat dont je suis friand, était apprêté avec poivre cubère et sirop d’érable.  Ce fut définitivement une belle conclusion à tous ces plats de viande.

En accord : Côtes du Roussillon 2009, Domaine la Petite Baigneuse « Grand Largue », Lladoner Pelut & Carignan, Nature.

La sommelière Sindie Goineau me fait découvrir un cépage de chez moi, le Lladoner Pelut, qui est apparemment un cousin proche du grenache. Ce vin du Roussillon regorge de confiture de fruits noirs; on sent que c’est un vin qui a vu le soleil. Il y a de l’alcool, de la puissance, mais aussi suffisamment d’acidité pour avoir quelque chose d’équilibré. Rien de mieux pour le short-rib, et une fois de plus une belle découverte.

Verrine de crème citron.

Dessert :

J’ai reçu à ce moment une verrine de crème citron qui m’a charmé.  Avec des morceaux de quatre-quarts au thym et accompagné de meringue italienne, c’était délicieux. Je dois vous dire à l’avance que les desserts au citron sont mes favoris.  Après un repas assez lourd, ce dessert, léger et frais, était idéal pour conclure cette soirée.

En accord : Muscat-Du-Cap-Corse 2009, Domaine Leccia, Muscat à Petit Grain.

Dans le sud de la France, il y a deux types de muscat qui sont répandus: le muscat d’alexandrie et le muscat à petit grain. Le premier amène du sucre et de la puissance, tandis que le second est plus aromatique. C’est lui qui est responsable pour les arômes floraux intenses du muscat (les deux sont souvent assemblés). Ce vin doux 100% petit grain a beaucoup de finesse, de poésie aromatique. Un vin doux pas si sucré que ça et avec beaucoup de fraîcheur, qui a fait office d’un digestif délicat et féminin.

Tarte aux chips et au chocolat

J’ai testé pour vous la tarte aux chips et chocolat de Ricardo!!
Le résultat est vraiment surprenant !!!

Croûte :
195 g (7 oz) de chocolat au lait, haché
30 ml (2 c. à soupe) de beurre non salé
15 ml (1 c. à soupe) de miel
375 ml (1 1/2 tasse) de croustilles (chips) nature, broyées grossièrement

Garniture :
140 g (5 oz) de chocolat mi-sucré, haché
375 ml (1 1/2 tasse) de crème 35 %
15 ml (1 c. à soupe) de miel
2 jaunes d’œufs
60 ml (1/4 tasse) de beurre non salé froid, coupé en cubes

Préparation :
  • Tapisser de papier parchemin le fond d’un moule à charnière de 20 cm (8 po).
  • Dans la partie supérieure du bain-marie, fondre le chocolat avec le beurre et le miel. Retirer du feu. Ajouter les croustilles et mélanger pour bien les enrober de chocolat. Presser la croûte au fond du moule. Réserver au réfrigérateur.
Mousse au chocolat:
  • Dans une petite casserole, chauffer doucement le chocolat, 125 ml (1/2 tasse) de crème et le miel jusqu’à ce que le chocolat soit fondu. Retirer du feu. Ajouter les jaunes d’œufs et le beurre en remuant constamment à l’aide d’un fouet jusqu’à ce que le beurre soit fondu. Laisser tempérer la préparation.
  • Dans un bol, fouetter le reste de la crème jusqu’à l’obtention de pics fermes et l’ajouter au mélange de chocolat en pliant à l’aide d’une spatule sans trop mélanger pour un effet légèrement marbré.
  • Verser sur la croûte. Réfrigérer environ 4 heures.

Ce dessert peut être adapté : pourquoi ne pas remplacer les chips par des céréales, des biscuits émiettés ou des noix concassées!

Praline et Caramel

Je vous ai déjà parlé des produits Praline et Caramel que j’adore.   Jusqu’à tout récemment, ils étaient seulement distribués dans divers points de vente et n’avaient plus pignon sur rue.  Voilà donc qu’ils ouvrent une boutique à St-Eustache.  Je suis allé visiter la boutique et voici quelques photos qui devraient vous plaire.  Également, leur boutique en ligne est toujours disponible.  Régalez-vous!

L’Action de grâce Chez Laurier Gordon Ramsay

Le restaurant Laurier Gordon Ramsay a récemment invité quelques blogueurs (dont moi!) pour un souper de l’Action de grâce.  J’avais été un peu déçu de leur soirée de lancement, du fait qu’il y avait vraiment beaucoup trop de monde.  J’ai été ravi par ma deuxième visite.  Un soirée pleine de découvertes où j’ai enfin pu tester la cuisine du chef Guillermo Russo et je n’ai pas été déçu.  Voici quelques-uns des plats qui nous ont été servis :

Planche de fromages et charcuterie (Les cochons tout ronds) du Québec
Salade avec noix caramélisées
Salade à la ricotta fraîche

Le repas ne faisait que commencer et nous étions déjà bien servis.  Le chef est également venu nous parler des nouveaux menus à 21.30$ après 21h30.  C’est vraiment un concept que j’adore, ça nous permet d’essayer la cuisine de plusieurs restaurants sans se ruiner.  Le menu changera également pour l’automne et j’ai bien hâte de voir ce que le chef nous réserve.

Voir également :

Les cochons tout ronds

Ma page Facebook

Pouding chômeur à la citrouille

Une belle idée de dessert trouvée sur le site de Ricardo:

Ingrédients :

  • 125 ml (1/2 tasse) de sucre
  • 375 ml (1 1/2 tasse) de cassonade, bien tassée
  • 625 ml (2 1/2 tasses) d’eau
  • 60 ml (1/4 tasse) de beurre

Pâte

  • 125 ml (1/2 tasse) de beurre, mou
  • 125 ml (1/2 tasse) de sucre
  • 75 ml (1/3 tasse) de sirop de maïs
  • 2 oeufs
  • 250 ml (1 tasse) de purée de citrouille maison
  • 500 ml (2 tasses) de farine à pâtisserie
  • 10 ml (2 c. à thé) de poudre à pâte
  • 5 ml (1 c. à thé) de gingembre moulu (pour les amateurs de gingembre, vous pouvez mettre 2 c. à thé)
  • 75 ml (1/3 tasse) de lait

Préparation

Préchauffer le four à 180 °C (350 °F).  Dans une casserole, porter à ébullition tous les ingrédients du sirop. Réserver au chaud.  Dans un bol, fouetter le beurre, le sucre et le sirop de maïs jusqu’à blanchiment. Ajouter les oeufs et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Incorporer la purée de citrouille. Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le gingembre. Incorporer les ingrédients secs au mélange précédent en alternant avec le lait.  Étaler la pâte dans un moule de 28 x 18 cm (11 x 7 po) et verser doucement le sirop sur la pâte. Cuire au centre du four environ 55 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dents en ressorte propre. Servir tiède.

Le truc de Ricardo pour la purée de citrouille :
 
Pour cuisiner, j’aime utiliser de la purée nature, sans épices ou autre ingrédient de conservation. C’est pourquoi je la fais moi-même. Pour ce faire, on peut utiliser trois techniques : au four, à l’eau ou à la vapeur. Pour cuisiner, je préfère les citrouilles petites ou moyennes. Au four : Couper la citrouille en deux, retirer les graines et les filaments à l’aide d’une cuillère. Déposer les demi-citrouilles sur une plaque, la pelure vers le haut. Cuire à 180 °C (350 °F) de 30 à 60 minutes, selon la grosseur. Laisser tiédir. Retirer la chair avec une cuillère et la réduire en purée. Cette façon de faire exige moins de travail que la suivante. À l’eau ou à la vapeur : Couper la citrouille en morceaux et les peler. Cuire dans de l’eau bouillante non salée ou dans une marguerite jusqu’à tendreté. Égoutter et réduire en purée. La purée se congèle pour de futures utilisations (tarte, biscuits ou pour mélanger à une purée de pommes de terre). Si on ne peut préparer de la purée de citrouille soi-même, on peut toujours utiliser de la purée nature, du commerce. Certaines marques de garniture pour tartes en offrent. C’est pas mal. –

Croustade aux fraises

Ingrédients :

Croustade :
3/4 tasse de gruau (environ 3 sachets)
1/3 tasse de farine tout usage
1/3 tasse de cassonade légèrement tassée
1/4 tasse de beurre

Mélange de fraises :
4 tasses et demi de fraises coupées en deux ou entières
3/4 tasse de sucre granulé
1 c. à table de jus de citron
1/2 c. à thé de cannelle (facultatif)

Préparation :

Croustade : Mélanger le gruau, la farine et la cassonade. Incorporer le beurre au coupe-pâte jusqu’à ce que le mélange soit friable.

Fraises : Mélanger tous les ingrédients du mélange.  Verser dans un plat allant au four graissé de 1,5 L (1-1/2 pinte).  Saupoudrer uniformément la croustade sur les fraises.  Faire cuire à 375 ºF (190 ºC) pendant 35 à 40 minutes, ou jusqu’à ce que les fraises soient tendres. Servir chaud ou froid avec de la crème glacée. –