Home

Tendances 2011

Chaque nouvelle année est synonyme de renouveau et le monde de la nutrition n’y échappe pas! Quelles seront les tendances en 2011? Tour d’horizon de ce qui se dégage comme étant les grandes lignes en matière d’alimentation…

Depuis déjà quelques temps, nous sommes sur la vague « écologie » et 2011 semble suivre la même direction. Les produits biologiques ont toujours la cote auprès des consommateurs, même si on sent toutefois un essoufflement. Il est tout à fait compréhensible de devoir faire des choix lorsqu’on annonce une flambée des prix à la consommation. Comme la facture de votre panier d’épicerie pourrait grimper d’environ 15% pour certains produits, choisirez-vous toujours vos produits biologiques en sachant qu’ils sont plus chers? D’un point de vue strictement nutritionnel, il y a très peu de différences entre le fait de choisir un produit biologique ou non. Maintenant, d’un point de vue éthique et environnemental, il peut être approprié de faire ces achats, puisqu’on encourage souvent les cultivateurs locaux, appelé locavorisme.

Le locavorisme est un terme utilisé pour décrire le commerce envers les producteurs locaux et le terroir. Un rayon d’environ 200 kilomètres est respectable pour parler de locavorisme, en comparaison avec les 5000 kilomètres que doivent parcourir vos bananes pour se rendre jusque dans nos marchés! Au Québec, nous avons d’excellents producteurs qui offrent des produits de qualité! Pourquoi ne pas en profiter et permettre à ces producteurs de vivre de leur culture? Les bénéfices sont autant économiques qu’écologiques! Cette tendance semble même déjà s’ancrer chez nos voisins du Sud ainsi qu’en Grande-Bretagne, si bien qu’on ne parle plus d’une simple mode passagère! Je vous invite également à aller consulter le site Web de SlowFood Montréal , une initiative qui permet de soulever les problématiques et les réalités locales du système agro-alimentaire en vue de trouver une véritable alternative, bonne, propre et juste!

Dans la même veine d’idées, où il est bon d’encourager les producteurs locaux, une catégorie d’aliments, cultivés au Québec, émerge! Les légumes racines, appelés également tubercules! Les plus tendances : le topinambour, le panais, l’igname (que l’on confond souvent avec la patate douce), la pomme de terre bleue, et le crosne, de la famille des labiacées.  Fait intéressant sur la pomme de terre bleue, qu’on appelle aussi vitelotte : elle est riche en anthocyanines, d’où la pigmentation bleue, qui ont de puissantes propriétés antioxydantes! Les vitelottes s’apprêtent comme les pommes de terre régulières, soit en salade, cuites au four, en frites, dans les potages, etc.

Les plantes sauvages auront également la cote! Qu’on parle de champignons sauvages, de crosses de fougères (les fameuses « têtes de violon »), de fleurs comestibles, jamais la nature ne se sera retrouvée autant dans nos assiettes. Un bémol toutefois pour le mycologue en vous, mieux vaut suivre un cours avec des experts en la matière, car certains champignons peuvent être toxiques pour l’homme.  Vous pouvez également en apprendre sur la matière en consultant des ouvrages de références comme le livre « Connaître, cueillir et cuisiner les champignons sauvages du Québec », de Matthieu Sicard et Yves Lamoureux.

Pour rester dans le thème de la nature, les viandes de bois comme le chevreuil et l’orignal peuvent s’avérer de bons choix, surtout pour ceux et celles qui surveillent leur taux de cholestérol sanguin! Ces viandes sont légèrement plus goûteuses, mais tellement délicieuses. Pour une portion de 75g de viande (imaginez la paume de votre main), le chevreuil apportera 23 grammes de protéines et seulement 2 grammes de gras (dont 0,9 saturés) en comparaison avec le bœuf qui vous fournira environ la même quantité de protéines, mais beaucoup plus de gras totaux avec 8 grammes, dont près de 3,5 grammes de gras saturés. Ce sont les gras saturés qui sont majoritairement responsables des taux élevés de cholestérol qui, à la longue, peuvent mener à l’athérosclérose, soit le durcissement des artères par l’accumulation de plaques athéromateuses. Vous pouvez facilement faire la substitution de la viande de bœuf par celle provenant de gibiers, votre santé ne s’en portera que mieux! De plus, il est recommandé de limiter sa consommation de viande rouge et privilégier d’autres sources de protéines comme le tofu!

Vous connaissez le matcha? Il s’agit en réalité d’une fine poudre de thé vert utilisée pour la cérémonie du thé, mais également en cuisine japonaise. Dans son processus de fabrication, les feuilles de thé, une fois passées à la vapeur, sèchent à l’air ambiant. Lorsqu’elles sont bien sèches, elles sont alors dépouillées de leur tige et de tous les autres débris puis elles sont passées dans un moulin afin de mettre en poudre le tout. C’est d’ailleurs cette fine poudre verte que l’on achète. Pour le boire, vous devez vous équiper d’un fouet en bambou, qu’on appelle le chasen, et suivre les étapes délicates et nobles de la cérémonie du thé! Le but étant de créer une émulsion en brassant la mixture (l’eau chaude et le matcha) avec le chasen. Il est également possible d’en rajouter dans des smoothies pour les rendre un brin plus exotiques! On aime le matcha pour ses puissantes vertus antioxydantes via ses polyphénols qui permettent de réduire le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires et on l’apprécie également puisqu’il permet une réduction notable du stress! Qu’attendez-vous? (Désolé… je ne voulais pas vous stresser!)

Vous avez la dent sucrée? Vous aimerez probablement ce qui suit : le cacao! C’est un produit qui est extrait de la fève du cacaoyer et qui est, comme vous le savez, l’ingrédient de base du chocolat! La poudre de cacao offre des valeurs nutritives intéressantes! Pour 90 millilitres (ou 30 grammes), on y retrouve près de 12 grammes de fibres, 15,6 grammes de glucides, 7,8 grammes de lipides et 5,4 grammes de protéines! On y retrouve également des substances telles la caféine et la théobromine ainsi que certains tannins qui confèrent au chocolat des vertus antioxydantes. Fait intéressant sur le chocolat : Il contient du phényléthylamine qui est une substance agissant sur certains neurotransmetteurs dans notre cerveau créant un état d’euphorie semblable à celui de la personne amoureuse! Ça fait rêver, non? Également cette année sera marqué par le grand retour des tartes cuisinées maison. On les aime sucrées, fruitées, généreuses et débordantes de saveurs! L’important est de se faire plaisir. Combinez des saveurs et expérimentez!

Voilà un résumé des principales tendances alimentaires de 2011! Peut-être n’y adhérerez-vous pas, mais vous saurez qu’elles sont belles et bien présentes et que certaines risquent de durer un moment! On aurait pu également s’attarder au gruau d’avoine qui fait un retour prometteur, à la cuisine coréenne et au quinoa qui ne cesse de grimper en popularité. Tout au long de l’année, nous resterons à l’affût pour connaître les tendances qui verront le jour en 2012! Le SIAL (Salon International de l’Agroalimentaire) est une référence en matière de nouveautés alimentaires et se tiendra au mois de mai à Toronto. À suivre…

Hubert Cormier, nutritionniste

Twitter : Hub_nutrition

5 réflexions sur “Tendances 2011 alimentation par Hubert Cormier

  1. Bonjour!
    Je suis immunosupprimée et je ne peux consommer de viande sauvage que si elle provient d’un élevage. Où puis-je m’en procurer?
    Merci!

    • Je vais vérifier pour la viande sauvage, selon moi chez certain boucher. J’ai la chance d’avoir des frères qui vont à la chasse ca facilite les choses.

    • J’ai vérifié et certains bouchers de Montréal offre la viande sauvage, je vous conseille de les appeler pour vérifier avec eux, car les variétés changent d’un boucher à un autre.

Les commentaires sont fermés.