Home

Récemment, j’ai été invité au restaurant Confusion pour tester le nouveau menu de la chef Marie-Ève Collin.  La soirée fut haute en couleur et culinairement très agréable.  Pour mieux vous en parler, j’ai cette fois-ci la chance d’avoir la collaboration de Adrien Rodriguez, sommelier, qui commentera les vins qui nous ont été servis lors de la soirée (ses commentaires seront présentés ici en italique).

soupe de poisson

Premier service :

Le repas commença par une soupe de poisson, mayo épicée et pecorino peppato.  L’entrée était délicieuse, goûteuse, sans être trop présente.  J’ai vraiment adoré ce plat.

En accord : Alsace 2009, Pierre Henri Ginglinger, Sylvaner bio.

La soupe de poisson, plat méditerranéen et donc chaleureux, a été divinement bien accompagnée par ce Sylvaner très fin. Un fruité léger qui se marie parfaitement avec les notes fumées du poisson et une belle fraicheur, parfait pour commencer le repas et réveiller nos papilles.

Saghanaki flambé à l'ouzo (Crédit photo : Mathieu L. Chevalier)

Betteraves jaunes (Crédit photo : Mathieu L. Chevalier)

Salade de roquette du Québec, canard confit et canneberges séchées.

Deuxième service :

Par la suite, le saghanaki flambé à l’Ouzo; j’adore les fromages flambés et celui-ci était plutôt bien réussi.  Le saghanaki se trouve à être un fromage panné frit et ensuite flambé, c’est légèrement croustillant à l’extérieur et tendre et fondant à l’intérieur (j’en mangerais en ce moment même, haha!) Nous avons également eu, lors de ce service, des betteraves jaunes, pommes granny smith, et pacanes rôties qui étaient délicieuses, ainsi qu’une salade de roquette du Québec, canard confit et canneberges séchées.

En accord : Côtes du Ventoux 2010, Domaine Vindemio « Regain », Grenache blanc et clairette.

Sur cette farandole d’entrée, on nous présente un blanc du sud de la France avec un assemblage pour le moins atypique avec de la clairette, majoritairement (cépage habituellement utilisé pour des pétillants), et du grenache blanc. On a ici un vin plus profond, plus onctueux, plus rond avec toute la générosité du Sud ! Des arômes fruités de pêches, de pommes ainsi que des notes terpéniques (un peu comme sur des vieux rieslings) vont accompagner avec puissance le fromage  flambé.

Troisième service :

Encore une fois, le clou de la soirée pour moi fut la pieuvre.  Comme je le mentionne souvent, c’est mon plat préféré.  Celle-ci était braisée puis grillée, servie avec chermoula et pois chiches. Extrêmement tendre et procurant le goût du braisé sur mes papilles, c’était tout simplement un délice.  Lors de ce service, je pus aussi déguster le tartare de saumon et la poêlée de crevettes, qui étaient agréables.  J’ai aussi apprécié le mélange pétoncle-chorizo-boudin-pomme, qui était très intéressant.

En accord : Maçon Bussières 2010, Domaine de la Sarazinière « Cuvée Claude Seigneuret », Chardonnay bio.

Un chardonnay de bourgogne comme on les aime avec une structure crémeuse, une acidité marquée et un nez minéral et beurré. En bouche, le coté beurré s’intensifie et des arômes très toastés font leurs apparitions. Magnifique avec la pieuvre : les saveurs grillées et toastées s’entremêlent et l’acidité minérale coupe parfaitement la salinité des fruits de mer.

Quatrième service.

Quatrième service :

Ce service était tout aussi surprenant.  Cette fois-ci, mes plats préférés furent la pièce de cochon laquée à la mélasse, le short rib de boeuf braisé ainsi que les frites de patate douce à l’huile de truffe.  Le cochon était divin, le goût laqué avec la mélasse apportait quelque chose de très intéressant.  Le short rib de boeuf, également un plat dont je suis friand, était apprêté avec poivre cubère et sirop d’érable.  Ce fut définitivement une belle conclusion à tous ces plats de viande.

En accord : Côtes du Roussillon 2009, Domaine la Petite Baigneuse « Grand Largue », Lladoner Pelut & Carignan, Nature.

La sommelière Sindie Goineau me fait découvrir un cépage de chez moi, le Lladoner Pelut, qui est apparemment un cousin proche du grenache. Ce vin du Roussillon regorge de confiture de fruits noirs; on sent que c’est un vin qui a vu le soleil. Il y a de l’alcool, de la puissance, mais aussi suffisamment d’acidité pour avoir quelque chose d’équilibré. Rien de mieux pour le short-rib, et une fois de plus une belle découverte.

Verrine de crème citron.

Dessert :

J’ai reçu à ce moment une verrine de crème citron qui m’a charmé.  Avec des morceaux de quatre-quarts au thym et accompagné de meringue italienne, c’était délicieux. Je dois vous dire à l’avance que les desserts au citron sont mes favoris.  Après un repas assez lourd, ce dessert, léger et frais, était idéal pour conclure cette soirée.

En accord : Muscat-Du-Cap-Corse 2009, Domaine Leccia, Muscat à Petit Grain.

Dans le sud de la France, il y a deux types de muscat qui sont répandus: le muscat d’alexandrie et le muscat à petit grain. Le premier amène du sucre et de la puissance, tandis que le second est plus aromatique. C’est lui qui est responsable pour les arômes floraux intenses du muscat (les deux sont souvent assemblés). Ce vin doux 100% petit grain a beaucoup de finesse, de poésie aromatique. Un vin doux pas si sucré que ça et avec beaucoup de fraîcheur, qui a fait office d’un digestif délicat et féminin.

-

About these ads